Santé des chiens rhodesian ridgeback
Elevage Rhodesian
elevage.rhodesian@aol.fr
elevage-rhodesian.com

Santé des rhodesian ridgeback

Le chien bien soigné dans son jeune âge devient un adulte très résistant et qui ne vieillit que lentement après avoir rendu de bons services. Il peut cependant advenir qu'il tombe malade.

On s'aperçoit de cet état aux principaux signes suivants :

  • une attitude triste avec manque d'appétit,
  • une truffe chaude et sèche, une bave anormale,
  • un regard triste et pleureur,
  • un poil « piqué » d'apparence terne, une température dépassant 380 5 (40 à 42° est une forte fièvre),
  • plus de 20 inspirations par minute pour un chien au repos,
  • des selles, une urine anormales,
  • des contractions nerveuses désordonnées.
 

Ces symptômes indiquent qu'il est temps de consulter un vétérinaire. Les maladies traitées convenablement à leur début sont souvent curables alors qu'il n'en est plus de même si on laisse le mal s'installer.

Une importante modification s'est produite récemment dans la façon d'envisager la médecine canine. Les propriétaires de Rhodesian Ridgeback font soigner leurs chiens bien plus fréquemment qu'autrefois.

Les vétérinaires, de leur côté, surtout depuis la raréfaction des chevaux, s'intéressent beaucoup plus aux chiens et aux chats.

L'un d'entre eux me disait l'intérêt professionnel certain que représente cette branche d'activité par rapport aux soins toujours limités que l'on peut prodiguer aux bovins. Dans leur cas, en effet, dès que les interventions atteignent un certain prix, le praticien se voit contraint de conseiller l'abattage auquel on ne recourt, pour le chien, que dans les cas désespérés.

Bien qu'il faille presque toujours appeler un spécialiste des maladies animales, il est cependant quelques cas qu'il est indispensable de connaître, soit parce qu'ils réclament des mesures préventives, soit parce qu'ils exigent une intervention d'urgence.

Les maladies des Rhodesian Ridgeback

Les éleveurs donnent le nom de « maladies des chiens » à plusieurs affections que les vétérinaires appellent : maladie de Carré (85 %), hépatite infectieuse (10 %), rhino-amygdalite et autres affections voisines virales ou paravirales.

Le diagnostic de ces maladies est toujours tardif. Il faut avoir recours à l'analyse par un laboratoire pour connaître le virus spécifique. Lorsqu'on s'aperçoit des signes extérieurs, la maladie est déjà bien installée.

Les soins curatifs résident surtout en l'administration de sérum à dose massive. On utilise aussi les antibiotiques, les sulfamides et les vitamines pour combattre les affections microbiennes qui accompagnent fréquemment la « maladie » et sont souvent la cause de la mortalité.

Tous ces traitements doivent être prescrits et surveillés par le vétérinaire. Les traitements préventifs sont heureusement très efficaces au moins pour la maladie de Carré et celle de Rubarth. Les Rhodesian Ridgeback vaccinés contre ces deux maladies se montrent en général plus résistants contre la rhino-amygdalite, mais il n'existe aucun traitement préventif contre celle-ci. C’est pour cela qu’il est intéressant de s’orienter vers les assurances santé pour chiens car malheureusement ces traitements prescrits par les vétérinaires ont un prix assez élevés si votre chien vient à être malade.

On trouve par contre de nombreux vaccins contre les deux premières. Ceux à base de poulets infectés du virus atténué de la maladie de Carré semblent actuellement les plus efficaces. Pour la maladie de Rubarth, on emploie comme support des reins de furets ou de porcs.

Le jeune chiot bénéficie généralement d'une immunité transmise par sa mère mais celle-ci n'est que de courte durée. Elle était autrefois de trois mois, mais il n'est pas rare actuellement de voir des chiens plus jeunes atteints de la « maladie ».

Jusqu'à ces derniers temps, on ne vaccinait qu'après l'âge de 3 mois mais désormais, grâce à l'amélioration des vaccins, on peut pratiquer l'inoculation vers 9 à 10 semaines.

On utilise de plus en plus fréquemment un vaccin bivalent Carré-Rubarth. Son emploi n'est cependant pas sans danger. Il ne peut être conseillé que par le vétérinaire et en dehors des périodes d'épidémie.

De toute façon, ces vaccins ne doivent jamais être administrés à un chien déficient ou en mauvaise santé. Il faut donc toujours faire examiner le sujet avant l'injection, et lui éviter les refroidissements et les fatigues pendant les 8 jours qui suivent.

L'immunité apparaît 3 jours après la vaccination. Sa durée est d'autant plus longue qu'il y a plus de raisons de contagion dans la région et que le chien rencontre donc plus souvent le virus de la maladie. Il est bon, puisqu'on n'est pas certain de la durée de cette immunité, de pratiquer une piqûre de rappel au bout d’un an surtout si les chiens sont appelés à circuler hors de leur résidence habituelle et en particulier à rencontrer dans des chasses ou des concours des animaux provenant de régions très diverses.